hutte


hutte

hutte [ 'yt ] n. f.
• 1358; moy. haut all. Hütte, d'o. frq.
Abri rudimentaire, fait principalement de bois, de terre, de paille. cabane, cahute, paillote. Huttes gauloises. « Une hutte d'osier et de roseaux m'apparut » (Bosco). ⊗ HOM. Ut.

hutte
n. f. Petite cabane rudimentaire faite avec de la terre, des branches, etc.

⇒HUTTE, subst. fém.
A. — Abri ou habitation rudimentaire, construite généralement à l'aide de matériaux divers grossièrement assemblés. Une misérable hutte en planches et en nattes vermoulues, adossée à un pan de murs en ruine (LAMART., T. Louverture, 1850, III, 1, p. 1311). Une hutte fortement construite en branches rechampies de terre, avec un toit de chaume tout à fait primitif (NERVAL, Filles feu, Angélique, 1854, p. 578) :
1. ... près de la cascade, je côtoie un campement sous bois, une agglomération de masures, de cabanes, de huttes fabriquées pittoresquement de fragments de planches, de morceaux de zinc, de branches de sapin, de terre battue, avec pour fenêtre un morceau de vitre trouvé par aventure.
GONCOURT, Journal, 1870, p. 678.
SYNT. Hutte basse, conique, rectangulaire, ronde; misérable, petite hutte; hutte de branchages, d'écorce, de feuillages, de joncs, de paille, de roseaux, de tôle ondulée; hutte de glace, de neige (synon. igloo); hutte de berger, de bûcheron, de cantonnier, de charbonnier, d'esquimau, d'un ermite, de sabotiers, de sauvages; agglomération, village de huttes.
B. Spécialement
1. Hutte roulante, ambulante. Abri mobile, muni de roues et généralement tracté par un animal, utilisé par les bergers lors de la transhumance. Au coin d'un bois la hutte roulante d'un berger (CHATEAUBR., Martyrs, t. 2, 1810, p. 94) :
2. ... il aperçut auprès d'un parc à moutons la hutte ambulante d'un berger. C'était un abri, il y courut. (...) il parvint jusqu'à la cabane en bois, sorte de niche perchée sur des roues, que les gardiens de troupeaux traînent, pendant l'été, de pâturage en pâturage. Au-dessus d'un escabeau, la porte basse était ouverte, laissant voir la paille du dedans.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Saut, 1882, p. 11.
2. CHASSE. Petite construction en dur ou en matériaux légers, édifiée à l'air libre ou à demi enterrée, bien camouflée, servant d'abri pour la chasse au bord de la mer ou au marais. Chasse à la hutte. Ce que toutes les huttes de marais ont de commun, c'est leur camouflage; naturellement, il ne faut pas que le gibier puisse les identifier comme un habitat humain (BURN. 1970) :
3. ... du côté de la Lande, nous avions deux grands étangs pleins de roseaux et d'herbes flottantes. Entre les deux, au bord d'un ruisseau qui les unissait, mon mari avait fait construire une petite hutte pour tirer sur les canards sauvages.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Confess. femme, 1882, p. 800.
REM. 1. Hutteau, subst. masc. a) Petite hutte. Les charbonniers ont bâti leur hutteau sous les charmes (GENEVOIX, Dern. harde, 1938, p. 163). b) Abri démontable, constitué de toiles tendues sur des mâts, utilisé pour la chasse au bord de la mer ou au marais. Il y a aussi le hutteau plat : toile tendue sur des piquets au-dessus d'un trou creusé dans le sable (BURN. 1970). 2. Huttier, subst. masc. a) Région. Dans les marais de Vendée, habitant d'une hutte, ,,construction faite jadis de bois ou de roseaux, et aujourd'hui de pierres et de briques, avec des dépendances`` (FÉN. 1970). Aux enfants des écoles qui viennent au mois de juin visiter le marais, André explique cette hutte et montre comment y vivaient jadis ceux qu'on a appelés les « huttiers » (Marie France, sept. 1979, p. 36). b) Chasseur pratiquant la chasse à la hutte (d'apr. DUCHARTRE 1973).
Prononc. et Orth. : [yt] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon. ut. Étymol. et Hist. a) XIIe s. hute « espèce de chaumière disposée de façon à permettre aux eaux fluviales de s'écouler dans les pâturages » (Les gloses fr. de Gerschom de Metz, éd. L. Brandin, p. 51); b) 1358 hutte « petite cabane en bois, en branchages » (RUNK., p. 69). Empr. de l'a. h. all. hutta « cabane ». Très peu attesté en a. fr. (a), ce mot semble néanmoins avoir été très vivant à en juger d'après l'aire d'extension, dans tout le nord de l'ancienne Gaule, des toponymes La Hutte, les Huttes (v. LONGNON, p. 590; Huttes est très attesté en Belgique dès 1272, v. FEW t. 16, p. 277a et dans l'Hérault vers 1035, THOMAS, Dict. topogr. Hérault, s.v. Utes). Tout porte à croire que hutte a été d'abord, et pendant longtemps, uniquement en usage à la campagne avant d'être introduit dans la lang. littér. où ce genre de construction (b) était notamment désignée par les termes loge et feuillée. Le sens a est à rapprocher du rhénan hütte « coin d'une pièce, angle; espace étroit entre deux maisons ». Fréq. abs. littér. : 550. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 916, b) 1 166; XXe s. : a) 530, b) 612.

hutte ['yt] n. f.
ÉTYM. 1358; moy. haut all. hütte, du francique hutta, même sens.
Abri rudimentaire (fait principalement de bois, de terre, de paille…) et servant parfois d'habitation. Ajoupa, baraque, buron, cabane, cagna, cahute, case, gourbi (cit. 1), loge, paillote, wigwam, yourte. || Hutte de chaume. || Les Gaulois habitaient des huttes.Hutte de chasseur : hutte portative où le chasseur se dissimule.
1 (…) on trouva quelques sortes de haches de pierres dures et tranchantes qui servirent à couper du bois, creuser la terre, et faire des huttes de branchages qu'on s'avisa ensuite d'enduire d'argile et de boue.
Rousseau, De l'inégalité parmi les hommes.
1.1 (…) on les enfermait seulement la nuit, dans une grande cabane de bois, où ils dormaient sur des hamacs tendus entre deux barres. (…) Ils s'étaient construit des huttes avec des troncs d'arbre, pour s'abriter contre le soleil, dont la flamme brûle tout dans ce pays-là; mais les huttes ne pouvaient les préserver des moustiques (…)
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 133.
1.2 Velbar vécut tranquille dans la sûre retraite que lui offrait la Vorrh, ne se risquant jamais au dehors dans la crainte d'être repris par les féroces anthropophages. Il s'était construit une petite hutte de branchages et se nourrissait de fruits ou de racines, gardant précieusement son fusil et ses cartouches en prévision de quelque attaque de fauves.
Raymond Roussel, Impressions d'Afrique, p. 280-281.
2 Il est bon nombre de faits dont la dépendance vis-à-vis du cadre géographique est saisissante : les huttes de neige ou iglous des Esquimaux américains (…) les huttes rondes couvertes de chaumes de Harrar au pied du massif abyssin (…)
Jean Brunhes, la Géographie humaine, t. III, p. 101-102.
3 Une hutte d'osier et de roseaux m'apparut sur des pilotis au milieu d'une grande étendue liquide (…)
H. Bosco, Hyacinthe, p. 74.
DÉR. Hutteau, hutter, huttier.
HOM. Ut.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • hutte — hutte …   Dictionnaire des rimes

  • Hütte — Hütte: Die ursprünglich auf das hochd. Sprachgebiet beschränkte Substantivbildung (mhd. hütte, ahd. hutta) gehört zu der weitverzweigten idg. Wortgruppe der Wurzel *‹s›keu »bedecken, umhüllen« (vgl. ↑ Scheune). Näher verwandt sind die Sippen von… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Hutte — Ruisseau de la Hutte Gewässerkennzahl FR: A4000460 Lage Frankreich; Region Lothringen; Département Vosges …   Deutsch Wikipedia

  • *hutte — ● hutte nom féminin (francique hutta) Cabane faite de branchage, de paille, de terre séchée, et pouvant servir d abri ou d habitation. ● hutte (difficultés) nom féminin (francique hutta) Orthographe Avec deux t, à la différence de …   Encyclopédie Universelle

  • Hutte — d un village du Cameroun …   Wikipédia en Français

  • Hütte — Sf std. (9. Jh.), mhd. hütte, ahd. hutta Stammwort. Zu derselben Grundlage (g. * hud ) wie Haus. ne. hut u.a. sind aus dem Deutschen entlehnt. Als Hütte wurde von den Bergleuten auch der Bau bezeichnet, in dem Erz geschmolzen wurde, daher… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Hütte [2] — Hütte eines Schiffes, ein Aufbau auf dem Oberdeck. Steht derselbe im Vorschiff, so reicht er nicht von Bord zu Bord des Schiffes und umfaßt dann meist das Volkslogis – Mannschaftsraum – und die Kombüse. Am Heck gelegen, reicht die Hütte …   Lexikon der gesamten Technik

  • hutté — hutté, ée (hu té, ée) part. passé de hutter. Logé dans une hutte. •   Ce qu il y avait d habitants [dans le Palatinat] étaient huttés sous ses ruines ou demeuraient dans les caves, SAINT SIMON 22, 262 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Hütte — [Aufbauwortschatz (Rating 1500 3200)] Auch: • Kabine Bsp.: • Sie verbrachten die Nacht in einer elenden Hütte …   Deutsch Wörterbuch

  • Hütte — Hütte, 1) kleines einstöckiges Gebäude von Stroh, Schilf, Baumzweigen, Bretern od. von Lehm u. Holz mit jenen Stoffen gedeckt; 2) ein zu manchen Fabriken gehöriges einzeln stehendes Gebäude, z.B. Glashütte, Ziegelhütte, Pechhütte: 3) auf… …   Pierer's Universal-Lexikon